Suivez-nous

Conditions générales d’utilisation

En vigueur au 14/08/2022

Les présentes conditions générales d’utilisation (dites « CGU ») ont pour objet l’encadrement juridique des modalités de mise à disposition du site et des services par l’association Humeco et de définir les conditions d’accès et d’utilisation des services par « l’Utilisateur ».

Les présentes CGU sont accessibles sur le site à la rubrique «CGU».

Article 1 : Les mentions légales

Le Directeur de la publication : Rexach Jose

Adresse e-mail : contact@humeco.com

SIREN : 892 331 786

SIRET : 892 331 786 00012

N° RNA :  1W751258899

Numéro TVA Intracommunautaire : FR40892331786

Adresse : 31 rue voltaire, 93100 Montreuil

L’hébergeur du site https://humeco.fr/ est la société OVH, dont le siège social est situé au 2 rue Kellermann – 59100 Roubaix – France, avec le numéro de téléphone : 09 55 00 66 33.

ARTICLE 2 : Accès au site

Le site est accessible gratuitement en tout lieu à tout Utilisateur ayant un accès à Internet. Tous les frais supportés par l’Utilisateur pour accéder au service (matériel informatique, logiciels, connexion Internet, etc.) sont à sa charge.

ARTICLE 3 : Collecte des données

Le site est exempté de déclaration à la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) dans la mesure où il ne collecte aucune donnée concernant les Utilisateurs.

ARTICLE 4 : Propriété intellectuelle

Les marques, logos, signes ainsi que tous les contenus du site (textes, images, son…) font l’objet d’une protection par le Code de la propriété intellectuelle et plus particulièrement par le droit d’auteur.

La marque Humeco est une marque déposée par l’association Humeco. Toute représentation et/ou reproduction et/ou exploitation partielle ou totale de cette marque, de quelque nature que ce soit, est totalement prohibée.

L’Utilisateur doit solliciter l’autorisation préalable du site pour toute reproduction, publication, copie des différents contenus. Il s’engage à une utilisation des contenus du site dans un cadre strictement privé, toute utilisation à des fins commerciales et publicitaires est strictement interdite.

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse de l’exploitant du site Internet constituerait une contrefaçon sanctionnée par l’article L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Il est rappelé conformément à l’article L122-5 du Code de propriété intellectuelle que l’Utilisateur qui reproduit, copie ou publie le contenu protégé doit citer l’auteur et sa source. 

ARTICLE 5 : Responsabilité

Les sources des informations diffusées sur le site https://humeco.fr sont réputées fiables mais le site ne garantit pas qu’il soit exempt de défauts, d’erreurs ou d’omissions.

Les informations communiquées sont présentées à titre indicatif et général sans valeur contractuelle. Malgré des mises à jour régulières, le site https://humeco.fr ne peut être tenu responsable de la modification des dispositions administratives et juridiques survenant après la publication. De même, le site ne peut être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans ce site.

Le site https://humeco.frne peut être tenu pour responsable d’éventuels virus qui pourraient infecter l’ordinateur ou tout matériel informatique de l’Internaute, suite à une utilisation, à l’accès, ou au téléchargement provenant de ce site.

La responsabilité du site ne peut être engagée en cas de force majeure ou du fait imprévisible et insurmontable d’un tiers.

ARTICLE 6 : Liens hypertextes

Des liens hypertextes peuvent être présents sur le site. L’Utilisateur est informé qu’en cliquant sur ces liens, il sortira du site https://humeco.fr. Ce dernier n’a pas de contrôle sur les pages web sur lesquelles aboutissent ces liens et ne saurait, en aucun cas, être responsable de leur contenu.

ARTICLE 7 : Cookies

L’Utilisateur est informé que lors de ses visites sur le site, un cookie peut s’installer automatiquement sur son logiciel de navigation.

Les cookies sont de petits fichiers stockés temporairement sur le disque dur de l’ordinateur de l’Utilisateur par votre navigateur et qui sont nécessaires à l’utilisation du site https://humeco.fr . Les cookies ne contiennent pas d’information personnelle et ne peuvent pas être utilisés pour identifier quelqu’un. Un cookie contient un identifiant unique, généré aléatoirement et donc anonyme. Certains cookies expirent à la fin de la visite de l’Utilisateur, d’autres restent.

L’information contenue dans les cookies est utilisée pour améliorer le site https://humeco.fr.

En naviguant sur le site, L’Utilisateur les accepte.

L’Utilisateur doit toutefois donner son consentement quant à l’utilisation de certains cookies.

A défaut d’acceptation, l’Utilisateur est informé que certaines fonctionnalités ou pages risquent de lui être refusées.

L’Utilisateur pourra désactiver ces cookies par l’intermédiaire des paramètres figurant au sein de son logiciel de navigation.

ARTICLE 8 : Publication par l’Utilisateur

Si le site permet aux membres de publier des commentaires sous les articles,

dans ses publications, le membre s’engage à respecter les règles de la Netiquette (règles de bonne conduite de l’internet) et les règles de droit en vigueur.

Le site exerce une modération sur les publications et se réserve le droit de refuser leur mise en ligne, sans avoir à s’en justifier auprès du membre.

Le membre reste titulaire de l’intégralité de ses droits de propriété intellectuelle. Mais en publiant une publication sur le site, il cède à la société éditrice le droit non exclusif et gratuit de représenter, reproduire, adapter, modifier, diffuser et distribuer sa publication, directement ou par un tiers autorisé, dans le monde entier, sur tout support (numérique ou physique), pour la durée de la propriété intellectuelle. Le Membre cède notamment le droit d’utiliser sa publication sur internet et sur les réseaux de téléphonie mobile.

La société éditrice s’engage à faire figurer le nom du membre à proximité de chaque utilisation de sa publication.

Tout contenu mis en ligne par l’Utilisateur est de sa seule responsabilité. L’Utilisateur s’engage à ne pas mettre en ligne de contenus pouvant porter atteinte aux intérêts de tierces personnes. Tout recours en justice engagé par un tiers lésé contre le site sera pris en charge par l’Utilisateur.

Le contenu de l’Utilisateur peut être à tout moment et pour n’importe quelle raison supprimé ou modifié par le site, sans préavis.

Ainsi, l’Utilisateur s’interdit notamment de :

  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus de nature publicitaire ou promotionnelle ;
  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus émanant d’organisations syndicales ou politiques ;
  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus contraires à l’ordre public et/ou aux bonnes mœurs, discriminants, violents, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, injurieux ou grossiers, haineux, obscène, pornographique, à caractère pédophile, etc. ;
  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus contenant de fausses informations, des informations confidentielles, des informations sans rapport avec le thème, des messages constituant des dénigrements et/ou des messages caractérisant un harcèlement, une diffamation, des insultes, des spéculations ;
  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus invitant, à commettre des actes illicites ou dangereux (crimes, délits consommation de substances interdites, etc.) et ceux incitant au piratage informatique ;
  • Diffuser sur les Sites des commentaires et/ou contenus contraires aux droits d’auteur ou droits voisins, au droit applicable aux bases de données, au droit des marques, au droit à l’image, au droit au respect de la vie privée ou qui enfreindraient toute autre disposition législative ou réglementaire en vigueur ;
  • Générer une surcharge du serveur, notamment en utilisant les Sites pour l’envoi de publicité non sollicitée ;

Conformément à l’article n°6 alinéa 7 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, un dispositif disponible depuis l’espace commentaire permet à tout Utilisateur de signaler un contenu illicite.

ARTICLE 9 : Usage impropre et responsabilité de l’Utilisateur

L’Utilisateur est invité à signaler à L’ASSOCIATION HUMECO toute utilisation frauduleuse du Site dont il aurait connaissance et notamment de tout message dont le contenu contreviendrait aux interdictions énoncées dans les présentes Conditions Générales d’Utilisation et plus généralement à toutes les dispositions légales et règlementaires en vigueur.

Si l’Utilisateur estime qu’il y a eu violation sur le Site d’un droit dont il est titulaire, ce dernier à la possibilité de le signaler à L’ASSOCIATION HUMECO conformément à l’article 6-1-5 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 par courrier recommandé avec accusé de réception ou par courrier électronique à l’adresse contact@humeco.com, en précisant les informations suivantes :

  • Si vous êtes une personne physique : nom, prénom, date de naissance, nationalité, domicile, profession. 
  • Si vous êtes une personne morale : forme, dénomination sociale, siège social, représentant légal.
  • Une description précise du contenu litigieux et l’adresse URL précise à laquelle il se situe sur le Site.
  • Les motifs pour lesquels ce contenu doit être retiré avec la mention des dispositions légales applicables.

ARTICLE 10 : Droit applicable et juridiction compétente

La législation française s’applique au présent contrat. En cas d’absence de résolution amiable d’un litige né entre les parties, les tribunaux français seront seuls compétents pour en connaître.

Pour toute question relative à l’application des présentes CGU, vous pouvez joindre l’éditeur aux coordonnées inscrites à l’ARTICLE 1.

Notre insta:

Youth for climate Paris ont mené une action de sensibilisation devant Zara. Accusée d’avoir un impact environnemental négatif en raison de ses pratiques de production et de distribution qui consomment beaucoup d’énergie et produisent des déchets. De plus, il y a eu des rapports selon lesquels Zara aurait été impliqué dans des pratiques commerciales qui exploitent les travailleurs, notamment en Asie, où certains travailleurs sont soumis à des conditions de travail inhumaines et à des salaires insuffisants.
En ce qui concerne les Ouïghours, il y a des preuves selon lesquelles le gouvernement chinois a mis en œuvre une répression massive à l’encontre de cette communauté musulmane minoritaire dans la région autonome du Xinjiang, en Chine. Il y a également des preuves selon lesquelles des entreprises, y compris des entreprises internationales, auraient été impliquées dans l’utilisation de la main-d’œuvre ouïghoure dans des conditions d’esclavage dans des usines en Chine. Certaines entreprises, y compris Zara, ont été accusées de faire des affaires avec des fournisseurs qui utilisent cette main-d’œuvre.

🎤 : @rexachjose

#zara #inditex #ouïghours #youthforclimate #paris #freeouïghours #ecologie #rechauffementclimatique #mode #vetement
...

Une enquête publiée dans le Time le 18 janvier met en lumière la face cachée de cette industrie de l’IA : des conditions de travail déplorables (salariés payés une misère) + contenus hyper violents auxquels sont confrontés les modérateurs, afin que le reste du monde puisse avoir accès à un contenu « sain » + impacts psychologiques sur les travailleurs
▪️Précisons sur le salaire : les travailleurs sont payés entre 1.32$ et 2$ de l’heure, en fonction de la « performance » et de « l’ancienneté ».
Les modérateurs peuvent recevoir des primes liés à des indicateurs de performance tels que la précision et la rapidité.
▪️Précisions sur les conditions de travail : En 2021, OpenAI signe un contrat de 200k$ avec l’entreprise Sama pour identifier des contenus d’abus sexuel, de discours haineux et de violence. Trois équipes, de 12 travailleurs chacune, sont « spécialisés » sur un des trucs sujets. Les travailleurs lisent entre 150 et 200 passages de textes en 9h, contenant chacun entre 100 et 1000 mots. 
Open AI pairait l’entreprise Sama, 12.5$/heure, soit entre six et neuf fois ce que les employés sont payés (même si le porte-parole de Sama met en avant tous les coûts auxquels est confronté l’entreprise).
Leila Janah, fondatrice de #Sama , assurait que son but était de « sortir des milliers de pauvres de la misère grâce à des emplois dans le secteur numérique ». Cette volonté donne aussi à voir une vision très paternaliste, du culte du bon occidental qui va sauver les africains de la misère. Et le schéma est toujours le même : ce sont les travailleurs des pays du sud, qui servent les plaisirs des occidentaux en faisant le sale boulot.

🎤 : @rexachjose

#ia #chatgpt #kenya #humain #france #gpt #ai #sama #openai #neocolonialisme #etatsunis #time #humeco #intelligenceartificielle
...

«  Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler. » Dans cet entretien, Gabriel Mazzolini, chargé de mobilisation aux Amis de la Terre, nous explique en quoi cette réforme des retraites est anti-écologique. Il interroge aussi notre rapport au travail et propose des pistes de solutions pour financer le - léger - déficit de notre système des retraites.

@ambre.mcn

#retraites #reformedesretraites #france #macron #ecologie #climat #humeco
...

La France s’apprête à accueillir un méga projet de ferme d’élevage de saumons.

Portée par un fond d’investissement Singapourien, cette usine doit s’implanter à Verdon-sur-Mer, au coeur d’un site naturel protégé.

L’usine de l’entreprise Pure Salmon doit produire 4 millions de saumons par an dans des bassines hors-sol. Cela représenterait la plus grande usine à saumons d’Europe.

Le collectif @eauxsecoursagissons dénonce un projet totalement déconnecté du territoire avec une empreinte écologique démesurée et des conditions de vie terribles pour les saumons. Surconsommation d’eau puisée directement dans les nappes d’eaux souterraines, émissions de gaz à effet de serre, menaces sur les pêcheurs locaux en cas de pollution des eaux environnantes… Tout cela pour pouvoir manger plus de saumon.

À leur côté, le député @nthierry , la député européenne @marie_touss1 et le mouvement @onestpret appellent à une mobilisation citoyenne pour tenter de faire annuler le projet avant le début des constructions.

Pour amplifier ce combat :

👉 signe la pétition « Pour l’abandon du projet d’élevage intensif terrestre de saumons par Pure Salmon ! » sur change.org
👉 partage au maximum cette vidéo sur tes réseaux sociaux

On compte sur toi !

🎤 : @raphaellethl

#puresalmon #ecologie #environnement #gironde #saumon
...

Anne Sophie Roux est une des figures de la lutte contre l’exploitation minière des fonds marins.
Elle t’explique en quoi l’exploitation des fonds marins est un immense danger pour la biodiversité et le climat
Quelques pays doivent encore rejoindre le moratoire contre cette exploitation des fonds marins
La pression citoyenne est indispensable dans ce genre de combat. Plus d’infos en suivant @ansroux , @graine_de_possible , @look_down_action

Journaliste : @ambre.mcn

#fondsmarins #lookdown #biodiversite #ocean #metaux #ecologie #climat
...

Pourquoi utilise-t-on les néonicotinoïdes ?

Ils sont utilisés pour tuer le puceron vecteur du virus de la jaunisse de la betterave, tuant ainsi tous les insectes, y compris les abeilles, d’où son surnom « tueur d’abeilles ». Compte tenu des dommages environnementaux qu’ils causent, leur utilisation a été interdite en France et dans l’Union européenne en 2018.

Mais à partir de 2020, le gouvernement français a réintroduit leur utilisation entrainant ainsi d’autres pays européens dans des décisions similaires. Année après année, les gouvernements cèdent aux pressions mais le 19 janvier 2023, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a confirmé l’interdiction de ces pesticides dévastateurs, précisant : Les Néonicotinoïdes.French
L’arrêt de la CJUE met fin au plan du gouvernement français qui avait cédé en 2020 sous la pression du lobby du sucre.

🎙️: @rexachjose
#néonicotinoïdes #france #pesticide #insect #abeille #biodiversite #ecologie #sucre #betterave #agriculture #humeco
...

« BNP Paribas aide Total Énergies à détruire la planète et à violer les droits humains », telles sont les paroles d’une militante d’Extinction Rébellion (XR), présente lors de l’action de ce vendredi 20 janvier, devant une des agences de la BNP Paribas, en plein cœur de Paris.
Cette nouvelle action de désobéissance civile, menée par Extinction Rébellion, Fridays for Futur et Attac France dénonçait le projet « EACOP » de Total Énergies. Les militants ont recouvert la façade de l’agence BNP Paribas de peinture et ont posé de faux pipeline, illustrant tous ceux que Total Énergies construit à travers le monde.
EACOP est un immense pipeline, de plus de 1000km, qui traversera la Tanzanie et l’Ouganda. Une bombe climatique et sociale.
Les militants dénoncent l’aspect climaticide de ce projet. Les scientifiques sont formels : aucun nouveau projet dans les énergies fossiles ne doit être mis en place si l’on veut limiter l’augmentation de la température à 1, 5°C. Si EACOP voit le jour, ce sera plus de 30 millions de tonnes de CO2 qui seront émises chaque année, soit plus que les émissions de gaz à effet de serre de l’Ouganda et de la Tanzanie. Ces militants dénonçaient aussi les violations des droits humains qui ont lieu en Afrique, liées à la construction de ce gazoduc. Sans compensions suffisantes, les populations locales sont chassées de chez elles pour que le gazoduc puisse voir le jour et les manifestations contre ce projet violemment réprimées.
Enfin et surtout : les militants demandent à BNP Paribas, partenaire financier majeur de Total Énergies, d’arrêter de financer la pétrolière et donc indirectement le projet EACOP.
« La désobéissance civile paie. De nombreuses banques et assurances se sont déjà retirées de ce projet, le Parlement européen condamne le projet. On va continuer tant que ce projet ne sera pas abandonné » explique un autre membre d’XR.
Vous trouverez plus d’informations sur EACOP mais aussi sur la manière de vous engager à votre échelle contre ce projet en allant suivre @stopeacop @vanessanakate1 @nakabuyehildaflavia

#stopeacop #bnpparibas #ecologie #environnement #totalenergies #paris
...

À 9h ce matin dans le quartier de l’Opéra à Paris, plusieurs actions simultanées ont eu lieu sur des bâtiments de BNP Paribas, partenaire financier majeur de TotalEnergies, afin de dénoncer les violations de droits humains et les pratiques écocidaires de la pétrolière française et de ses sous-traitants en Afrique.
Une quarantaine d’activistes d’Extinction Rebellion, rejoints par Fridays For Future France et Attac France, se sont réuni.es pour bloquer la circulation devant plusieurs adresses de la banque. Certain.es militant.es ont projeté de la peinture sur les façades à l’aide d’extincteurs, tandis que d’autres procédaient à la pose de faux pipelines pour rappeler ceux que TotalEnergies installe à travers le monde.

@extinctionrebellionfrance @extinctionrebellionparis

#stopeacop #extinctionrebellion #bnpparibas #totalenergies #paris #opera #banque
...

Revenons sur le dernier rapport d’oxfam sur les inégalités !

5 milliardaires français sur 6 sont plus riches aujourd’hui qu’ils ne l’étaient avant le début de la pandémie. Un chiffre qui pourrait augmenter : les milliardaires français ont regagné plus de 64 milliards d’euros en l’espace de quelques semaines de novembre alors que les marchés repartent à la hausse.

Mais d’ou viennent les profits ?

Au cours des quarante dernières années, les gouvernements ont considérablement réduit les taux d’imposition sur les revenus des plus riches. En même temps, ils ont augmenté, de manière disproportionnée, les impôts sur les biens et les services, qui affectent davantage les plus pauvres.

Une augmentation rapide des profits dans les secteurs alimentaire et énergétique :

D’après le rapport, 95 entreprises alimentaires et énergétiques ont plus que doublé leurs profits en 2022. Celles-ci ont dégagé des profits « exceptionnels » d’un montant total de 306 milliards de dollars et versé 257 milliards de dollars (soit 84 % de cette somme) aux actionnaires fortunés.

Et l’inflation là dedans ?

La famille Walton, qui possède la moitié de Walmart, a reçu 8,5 milliards de dollars l’année dernière. La fortune du milliardaire indien Gautam Adani, propriétaire de grandes entreprises énergétiques, a augmenté de 42 milliards (soit de 46 %) sur la seule année 2022. Les profits excédentaires des entreprises ont été à l’origine d’au moins 50 % de l’inflation en Australie, aux États-Unis, et au Royaume-Uni.

Les conséquences donc ?

Parallèlement, au moins 1,7 milliard de personnes vivent dans des pays où les salaires ne suivent pas le rythme de l’inflation, et plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim. D’après la Banque mondiale, les inégalités mondiales et la pauvreté connaissent leur plus forte augmentation depuis la Seconde Guerre mondiale. Des nations entières sont menacées de faillite et les pays les plus pauvres consacrent un budget quatre fois plus important au remboursement de leurs dettes auprès de riches bailleurs qu’aux soins de santé.

#oxfam #inégalité #riche #bernardarnaud #humeco #humour #ecologie
...

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire)
mettait en avant le lien entre les additifs nitrés dans les charcuteries et le cancer du côlon dans un article le 12 juillet dernier. Yuka, s’étant appuyé sur cet avis pour les notations des charcuteries s’était retrouvée attaquée pour
« des actes de dénigrement » par la société ABC industrie.
Le 8 décembre dernier, Yuka remporte son procês et c’est une bonne nouvelle car pour la 1ère fois, des juges reconnaissent le droit d’informer et d’alerter les consommateurs sur les risques de certaines substances sur la santé.
Depuis 3 ans, @yuka_app, @foodwatchfr et La @liguecontrelecancer ont entamé une campagne commune visant à alerter sur les risques que contituent les additifs à base de nitrites et nitrates (E249, E250, E251, E252), lançant ensemble une pétition qui a réuni plus de 370 000 signatures. Suite à cela, l’aplication Yuka a connu de nombreuses attaques de la part du lobby de la charcuterie industrielle pour l’inciter à ne pas intégrer cette donnée dans la notation des charcuteries.
En parallèle depuis ces 3 dernières années, différents acteurs de la santé ont également pris la parole pour alerter sur ce sujet. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence rattachée à l’OMS, annonçait que « chaque portion de 50 gr de charcuteries contenant des nitrites accroissent de 18% le risque de cancer colorectal. » L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a communiqué, dans un avis rendu le 12 juillet, sur le lien entre les aditifs nitrés et le cancer du côlon notamment mais n’excluant pas son impact sur d’autres formes de cancers (sein, vessie, pancréas...).
Ce sont sans doute tous ces éléments, qui ont participé au verdict du 8 décembre accordant à Yuka le droit d’alerter sur les risques encourus par les consommateurs.

Montage : @margauxbcy
Voix : @axel_duret

#viande #charcuterie #végétarien #repas #nourriture #humeco
...

🎁 Jeu concours 🎁

➡️ On vous fait gagner 3 fois 2 places pour aller découvir la pièce « Coupures » le dimanche 22 janvier à 18h30 au théâtre de l’œuvre !

Pour participer :
- identifie en commentaire la personne avec qui tu souhaites y aller
- abonne toi à @humeco et à @lapoursuitedubleu !

On vous recommande à 100% cette pièce géniale qui parle de démocratie et d’écologie avec beaucoup d’humour et d’intelligence ! Bravo @paul_eloi_ et @samvalensi pour ce bijou 👏👏👏
...

Ce projet peut encore être contré. On a 6 mois pour empêcher le début de l’exploitation à l’échelle industrielle - rejoignez lookdown !
Les comptes en question :

#deepseamining :
@look_down_action @graine_de_possible
@ansroux @underwaterbaguette
@adelaidecha @camariglia @soalliance
@deep_sea_conserve

#lookdown #fondmarin #ovean #oceanpacific #extractionminière
...

Humeco